Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Thomas PETIT
  • : Recherche et partage d'alternatives à une société en panne d'imagination sociale. La théorie doit mener à une pratique positive.
  • Contact

Profil

  • Thomas PETIT
  • Economiste de formation et de prédilection, j'ai touché à pas mal de petits boulots dans le privé et la fonction publique.
Actuellement permanent syndical des ministères finances et économie pour améliorer les conditions de travail de mes col
  • Economiste de formation et de prédilection, j'ai touché à pas mal de petits boulots dans le privé et la fonction publique. Actuellement permanent syndical des ministères finances et économie pour améliorer les conditions de travail de mes col

Rechercher

24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 16:35

Une idée pour soutenir l'activité, l'esprit d'entreprise, sans discrimination liée à la possession d'un capital de départ.

 

Le gouvernement a commencé son action contre le chômage des jeunes par la création de 150000 contrats d’avenir.


Ceci est important pour répondre à la difficulté à entrer sur le marché du travail ainsi que pour soutenir la création de réponse à des besoins dans le cadre des missions des structures existantes.
Mais une manière de répondre aux nouveaux besoins est évidemment la capacité à créer une petite entreprise.
Or la première difficulté pour créer une activité, c’est le financement des premiers investissements et des premières années où le chiffre d’affaire est insuffisant pour verser un salaire.

Au-delà du salariat, la France ne soutient pas assez les indépendants qui sont pourtant les précurseurs des nouveaux secteurs, ceux qui ne vont pas concurrencer mais créer de nouveaux marchés, de nouvelles richesses.

 

De ce fait, nous pourrions proposer que des contrats, sur le modèle des contrats d’avenir, soient créés pour les jeunes (jusque 35 ans) qui veulent devenir entrepreneurs.

Ces contrats consisteraient à donner une rémunération mensuelle de 900 euros nets pendant 3 ans qui s’ajouterait à tout salaire versé sur le chiffre d’affaire dans une limite de 2000 euros. De plus, l’État se porterait garant auprès des banques et participerait jusqu’à 10000 euros aux premiers investissements.

En fonction de cet investissement et du montant à garantir, l’État serait détenteur d’une participation allant de 0 à 49%. Bien sur, l’entrepreneur peut racheter les parts dès qu’il en a la possibilité et l’envie. Les rachats de parts et les dividendes versés permettraient de financer d’autres contrats de ce type.

Les contrats seraient cumulables si plusieurs jeunes s’associent. Ils pourraient servir à reprendre une activité.
Chaque contrat ferait l’objet d’un partenariat avec l’État qui impliquerait un contrôle permanent, tout d’abord du projet (vérifier qu’il s’agit soit d’une reprise qui ne se ferait pas sans ce contrat, soit de la production d’un nouveau bien ou service, soit répond à un besoin local) puis de la continuité de l’activité. Plusieurs services de l’État pourraient répondre à cette logique (DIRECCTE, CDC, DGFiP, ...). Le service choisit ou créé devrait alors être doté des moyens suffisants pour piloter correctement ces projets.

 

Le cout de base annuel d'un tel projet serait d'environ 3 milliards d'euros soit à peu près 20000 euros par an et par entreprise.
Mais ce coût prend en compte l'aide en investissement de 10000 euros qui est un capital récupéré dans la durée et l'activité créée peut à la fois générer des impôts et diminuer les coûts de chômage.

C'est aussi une aide indirecte à la recherche pour toutes les activités innovantes qui pourraient être ainsi lancées.

 

150000 entrepreneurs d’avenir, une proposition innovante qui pourrait montrer que le PS ne tourne pas le dos aux entrepreneurs mais leur donne concrètement le soutien nécessaire à leur développement.

Partager cet article

Repost 0
Published by Thomas PETIT
commenter cet article

commentaires

Chambon 30/03/2015 11:14

Bonjour,

Je soutiens et signe cette contribution!!

A bientôt,

BELALA 15/03/2015 11:29

Bonjour, je soutiens votre contribution. Amitiés.

Thomas PETIT 24/02/2015 16:42

Cette publication est la retranscription d'une contribution thématique déposée dans le cadre du congrès du parti socialiste (Poitiers 2015).
C'est une idée déjà évoquée sur ce blog en 2012.