Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Thomas PETIT
  • : Recherche et partage d'alternatives à une société en panne d'imagination sociale. La théorie doit mener à une pratique positive.
  • Contact

Profil

  • Thomas PETIT
  • Economiste de formation et de prédilection, j'ai touché à pas mal de petits boulots dans le privé et la fonction publique.
Actuellement permanent syndical des ministères finances et économie pour améliorer les conditions de travail de mes col
  • Economiste de formation et de prédilection, j'ai touché à pas mal de petits boulots dans le privé et la fonction publique. Actuellement permanent syndical des ministères finances et économie pour améliorer les conditions de travail de mes col

Rechercher

2 décembre 2008 2 02 /12 /décembre /2008 17:34
Sur France Inter, un chroniqueur a rappelé qu'avoir un jour de repos hebdomadaire était une des mesures les plus anciennes de nos civilisations.
Supprimer la référence d'un jour de repos majoritairement commun à tous est-il donc une mesure de modernité ou un retour à l'âge de pierre?

Etant donné le sens de l'histoire et de la technologie qui devraient nous libérer du travail contraint, j'ai plutô l'impression que le gouvernement a une nostalgie de la cueillette et de la chasse où chacun devait bosser pour survivre et les faibles n'étaient un problème que le temps de leur agonie.

Beaucoup de sondages et de calculs sortent sur le sentiment de la population et l'efficacité présumée d'une telle mesure.
Mais rien n'est dit sur le sens philosophique d'une décision qui modifierait profondément la société. C'est pourtant bien encore une fois la seule question que l'on devrait se poser : le bien-être économique potentiel est-il supérieur à la dégradation du contrat social?

Ma réponse est évidemment hostile.

En effet, quel intérêt y a-t-il à augmenter le PIB si c'est pour ne pas pouvoir se retrouver un jour par semaine en famille? Bien sur que tout le monde n'a pas ce genre d'activité. Mais comment choisir le jour des compétitions sportives s'il n'y a pas un jour où la plupart des enfants ne peuvent être accompagnés par leurs parents? Et puis, si la société n'est plus organisée autour d'un jour commun de repos, comment Xavier BERTRAND et cie expliqueront l'intérêt pour les magasins de meubles, de bricolage et de jardinage?

En fait, les seuls qui pourraient à terme profiter d'une telle mesure seraient ceux qui ne travaillent ni le dimanche, ni les autres jours.
Encore une fois, une mesure risque d'être prise par et pour ceux qui ne sont pas concernés.

C'est le gouvernement des cigales qui disent aux fourmis qu'elles devraient travailler plus pour se plaindre moins...

Au contraire, les gains de productivité devraient amener à augmenter le nombre de jours non travaillés. Non travaillés ne veut pas dire inactifs. D'ailleurs, n'est-ce pas l'objet des magasins dont on parle que d'offrir les moyens d'une activité agréable et non contrainte à ceux qui ont la liberté de s'arrêter de trimer le dimanche?
UTOPIA combat la centralité de la valeur travail dans la société car elle exclue la vraie nature du progrès : la liberté !

Partager cet article

Repost 0
Published by Thomas PETIT - dans Société
commenter cet article

commentaires