Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Thomas PETIT
  • : Recherche et partage d'alternatives à une société en panne d'imagination sociale. La théorie doit mener à une pratique positive.
  • Contact

Profil

  • Thomas PETIT
  • Economiste de formation et de prédilection, j'ai touché à pas mal de petits boulots dans le privé et la fonction publique.
Actuellement permanent syndical des ministères finances et économie pour améliorer les conditions de travail de mes col
  • Economiste de formation et de prédilection, j'ai touché à pas mal de petits boulots dans le privé et la fonction publique. Actuellement permanent syndical des ministères finances et économie pour améliorer les conditions de travail de mes col

Rechercher

3 février 2009 2 03 /02 /février /2009 23:53

En plein débat sur les moyens économiques de relancer l'économie et alors que le gouvernement traite le plan socialiste d'archaïque, le président nous montre la voie de la nouvelle modernité : l'Ancien Régime.

Eh oui, faute de pouvoir interdire les sifflets, faute de pouvoir enfermer 2 millions de français qui critiquent fortement la politique de son gouvernement, faute de pouvoir reconstruire une prison sur la Bastille déjà occupée par une statue, un opéra et de nombreuses manifestations, ... le président qui se croît princier voire impérial use et abuse de lettres de cachet vis à vis des valets.


Un préfet fait de la prévention à Toulouse? Une lettre de cachet.

Son jeune porte-parole ne lui plaît plus? Une lettre de cachet.

Le président de France télévision lui résiste? Menace de lettre de cachet.

Rama YADE préfère conserver une parole en faveur des droits de l'homme plutôt que d'obéir à une injonction d'affichage européen? Une lettre de cachet.

Un autre préfet n'arrive pas à empêcher des sifflets cassant son image d'adulé par les ouvriers? Une double lettre de cachet pour lui et son comparse.


Nous vivons une période sombre, une période de déclin. Déclin économique, déclin de la nature, déclin des valeurs, déclin institutionnel, déclin de la liberté, déclin de la démocratie.

Les livres d'histoire au mieux nous moquerons, au pire nous condamneront.

Pourquoi? Parce que nous n'aurons pas su combattre la peste bleue qui nous ronge. Parce que le président et son gouvernement soumis ne sont pas aussi violents que la peste brune, il n'en est pas moins qu'ils rongent les fondements de notre pays, de notre république, de notre nation.

Il est arrivé sur une analyse de déclin très contestable mais sa politique ne fait que rendre réel ce déclin.

Alors que les USA sortent de 8 années de déshonneur, d'un long tunnel, d'un cauchemar éveillé, nous nous y enfonçons, nous les donneurs de leçons, nous si intelligents que nous ne pouvions faire les mêmes erreurs.


Comment arrêter ce pompier pyromane, ce roi d'opérette, ce Louis XVI qui entend mais ne tient pas compte? Comment arrêter celui qui a l'immunité juridique, l'immunité médiatique, l'immunité élective?

Je vais vous le dire : il faut faire tomber ses pions, l'isoler, l'empêcher d'avoir de bons communicants, dénoncer leurs impostures, dénoncer leur servile responsabilité. Seul, le roi est nu et doit le rester. Il ne doit pas pouvoir recommencer en 2012.

Autre mission pour la résistance : convaincre Ségolène ROYAL de se retirer car elle divise plutôt que de rassembler. Ce n'est pas de sa faute mais il faut elle aussi qu'elle "tienne compte" plutôt que de seulement "entendre".

La résistance doit se trouver un visage, une voix, se rassembler au lieu de se diviser, mettre en avant les points de convergence plutôt que de divergence. Les syndicats ont montré la voie, à nous tous de leur emboîter le pas.


Ainsi freinerons-nous le gouvernement, bras armé du président, écrivain et postier des lettres de cachet, puis empêcherons-nous le renouvellement de la maladie.


Ainsi peut être arrivera-t-on à recacheter les lettres.

Partager cet article

Repost 0
Published by Thomas PETIT - dans Politique
commenter cet article

commentaires