Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Thomas PETIT
  • : Recherche et partage d'alternatives à une société en panne d'imagination sociale. La théorie doit mener à une pratique positive.
  • Contact

Profil

  • Thomas PETIT
  • Economiste de formation et de prédilection, j'ai touché à pas mal de petits boulots dans le privé et la fonction publique.
Actuellement permanent syndical des ministères finances et économie pour améliorer les conditions de travail de mes col
  • Economiste de formation et de prédilection, j'ai touché à pas mal de petits boulots dans le privé et la fonction publique. Actuellement permanent syndical des ministères finances et économie pour améliorer les conditions de travail de mes col

Rechercher

2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 15:35

Le FMI et l'UE vont enfin "aider" la Grèce à sortir de la prédation des spéculateurs et surtout du risque de faillite.


Vous remarquerez que :

- aider est entre guillemets,

- il s'agit SURTOUT de sortir du risque de faillite.


Pourquoi ces précisions?


Depuis quand aide-t-on un ami en lui faisant payer un intérêt? Depuis quand aide-t-on un ami en l'obligeant à des sacrifices aussi lourds?

Il est inquiétant de voir à quel point la logique libérale sort encore vainqueur d'une crise qu'elle a encore créé.

En effet, la crise grecque vient d'une conjonction de 3 phénomènes :

- une politique de crédits plutôt que d'augmentation des pouvoirs d'achat (gouvernement de droite précédent)

- une politique favorisant la fraude interne et externe plutôt que le contrôle des impôts et la transparence des comptes

- la détention des emprunts d'Etat par des privés et leur réaction à des agences de notations auto-proclamées

Et les solutions préconisées :

- sacrifice des retraités

- sacrifice des salariés

- sacrifice de la puissance d'Etat

Encore une fois, la crise est créée par la spéculation, la prédation du capital sur les salaires, le manque de contrôle de l'Etat sur son économie; encore une fois ceux qui gagnent sont les spéculateurs, le capital, les fraudeurs à l'impôt et au droit du travail; tandis que ceux qui perdent sont ceux qui servent l'Etat (fonctionnaires), ceux qui travaillent et seront encore plus exploités.


Le FMI et l'UE ont-ils stoppé la prédation des spéculateurs? Non, au contraire.

En effet, l'aide apportée va permettre à la Grèce ne pas faire faillite. Mais au lieu d'aider la population directement pour qu'elle ne subisse pas la faillite, au lieu de soutenir l'économie grecque pour que le rééchelonnement de la dette n'empêche pas la production et la consommation intérieure, ces institutions internationales vont permettre aux spéculateurs de récupérer leur mise tout en le faisant payer aux grecs.

Un rééchelonnement aurait été grave pour la population, c'est vrai. Mais ça aurait été aussi une leçon pour ceux qui ont parié excessivement sur la dette grecque, empruntant à 1% à la BCE et prêtant jusqu'à 10% à la Grèce. Il s'agit d'usure, de vol des banques et institutions financières vis-à-vis de 11 millions d'hommes et de femmes. Mettre en difficulté ces prédateurs aurait aussi aidé le Portugal, l'Espagne, et toute l'UE.

Malheureusement, Mme MERKEL n'a voulu aider la Grèce que lorsque les banques étaient en difficulté. Que 11 millions de grecs soient attaqués honteusement par Goldman SCHS ne lui importait que peu. Mais alors quand les banques (dont les banques allemandes) risquent la faillite, là ça devient grave...

Donc, l'aide n'est pas faite pour arrêter la spéculation mais va au contraire confirmer les bénéfices des spéculateurs.

 

Que tirer de cette histoire?

Déjà nous pouvons prévoir des attaques certes amoindries mais réelles et juteuses pour les spéculateurs contre le Portugal d'abord puis les autres. Le FMI et l'UE n'ont donc pas arrêté la chute des dominos.

Ensuite, nous voyons que la zone Euro ne s'est pas encore dotée d'une volonté politique de coopération économique dans la zone. Il est évident que ça ne peut que fragiliser cette monnaie.

 

Que peut-on faire?

 

Tout d'abord, voter et faire voter à gauche, les gouvernements de droite et le capitalisme ayant montré leur incapacité à gérer correctement les économies et les Etats. Il faut ici rappeler que la puissance d'une économie s'est, de tout temps, mesurée aux ressources que l'on a pu dégager pour la communauté, la nation, l'Etat. Les économies capitalistes réduisent les Etats au profit de capitaux privés ce qui est évidemment une preuve de l'inefficacité de ce modèle économique.

 

Ensuite, tant que la droite, et/ou les allemands par culture historique, empêcheront l'utilisation de la BCE au profit des Etats et des populations de sa zone, les Etats voire les citoyens devront reprendre en main la création monétaire en créant une banque commerciale détenue par les Etats ou les citoyens.

C'est pour cela que l'idée décrite dans l'article Citoyens d’Europe sauvons nos frères Grecs !  est encore d'actualité. Elle reste applicable en Grèce pour le redressement de l'économie et pourrait être envisagée pour les autres pays d'Europe.

L'idéal serait que les Etats se dotent d'une banque commerciale d'Etat avec pour fonds propres l'immobilier d'Etat mais en attendant, nous devons chercher à nous mobiliser spontanément.

 

Nous ne devrons pas oublier cette crise et nous devons nous apprêter aux crises qui suivront. Nous n'avions pas les instruments permettant de combattre la spéculation. Il faut désormais s'armer contre ces prédateurs !

Partager cet article

Repost 0
Published by Thomas PETIT - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

OrangeOrange 02/05/2010 17:35


Cher Dimitri, …

Lettre ouverte à un ami grec, vue sur Pnyx.com ( http://www.pnyx.com/fr_fr/poll/659 ), accompagnant la question-débat au coeur de cette crise :

Europe, un mariage "Pour le meilleur et pour le pire" ?


Thomas PETIT 03/05/2010 15:10



Merci pour cette contribution intéressante. Si seulement ça pouvait se passer comme ça ! ...