Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Thomas PETIT
  • : Recherche et partage d'alternatives à une société en panne d'imagination sociale. La théorie doit mener à une pratique positive.
  • Contact

Profil

  • Thomas PETIT
  • Economiste de formation et de prédilection, j'ai touché à pas mal de petits boulots dans le privé et la fonction publique.
Actuellement permanent syndical des ministères finances et économie pour améliorer les conditions de travail de mes col
  • Economiste de formation et de prédilection, j'ai touché à pas mal de petits boulots dans le privé et la fonction publique. Actuellement permanent syndical des ministères finances et économie pour améliorer les conditions de travail de mes col

Rechercher

27 avril 2010 2 27 /04 /avril /2010 23:53

Il est écœurant de voir en ce moment des rapaces spéculer sur un pays c'est-à-dire sur la vie de plus de11 millions d’hommes et de femmes.

Ce qui est tout aussi écœurant, c’est de voir nos élus tergiverser sur un soutien inconditionnel à la Grèce pour des raisons aussi futiles que la fourmi qui laisse périr la cigale alors qu’elle a profité de ses chants tout l’été.

Devant tant d’agressivité et de manque de soutien de ses partenaires, comment la Grèce ne pourrait-elle pas s’enfoncer ? Elle a été aidée dans ses cachotteries sur ses comptes pendant des années par les mêmes spéculateurs et élus « partenaires ». Il faut dire que la croissance de la dette grecque alimentait déjà ces spéculateurs et voisins. Mais tout à coup, tout se retourne et la faute incomberait non seulement à la Grèce, mais pire : à ses habitants !

Au nom de quelle morale peut-on laisser ainsi une population qui a été trompée se trouver dans une situation de risque de faillite totale ?

 

Pour toutes ces raisons et bien d’autres, il m’est venu à l’idée que l’on devait prendre les choses en main pour stopper la spéculation et soutenir la Grèce : il faut redonner confiance dans cet état et avec lui dans la coopération européenne.

Pour cela, vu que les États ne peuvent emprunter directement à la BCE, ma première idée aurait été qu’ils créent chacun une banque commerciale nationale ayant pour fonds propres les immobilisations de l’État et pour statut de prêter à des institutions pour un bénéfice nul (intérêt de remboursement à la banque centrale plus coût de fonctionnement).

Mais vu la mauvaise volonté de nos gouvernements à aider la Grèce, il faut passer à une deuxième étape : la création d’une banque citoyenne européenne !

Celle-ci aurait pour objectif de prêter avec des échéances très étendues. La Grèce ne rembourserait ainsi que des intérêts très faibles de l’ordre de 2 à 3% (toujours sur la base du remboursement à la banque centrale,  d’une faible rémunération des obligations, disons 1%, et des coûts de fonctionnement). De plus, l’échéancier serait étendu avec notamment un premier remboursement du capital prêté qu’après 5 ans par exemple. Entre temps, seuls les intérêts seraient remboursés, laissant le temps à la Grèce de se retourner.

Les fonds propres de cette banque seraient alimentés par 3 voies.

La première serait une contribution citoyenne volontaire. Il s’agirait de vendre à un maximum de citoyens des obligations rémunérées à 1% remboursables dans les termes de l’échéancier grec. Il est évident que ce placement serait un placement de coopération européenne avec un aspect quasi-caritatif, incitant l’aide plutôt que la rapacité.

La seconde serait une contribution d’institutions (états, associations caritatives, …) sur les mêmes bases que pour les citoyens (rémunération à 1% et échéancier étendu). Le gain indirect serait la diminution du risque pour ces associations et états de devoir intervenir plus tard pour la Grèce…

La troisième serait des emprunts auprès de la banque centrale voire du FMI. Il faudrait négocier un échéancier particulier correspondant aux conditions du prêt à la Grèce.

 

Il s’agit d’une logique d’investissement proche de ce que l’actionnariat devrait apporter aux entreprises.

Il s’agit de soutenir avec un risque réel et connu de faillite mais aussi avec la volonté de coopération et de soutien pour rétablir la confiance.

 

Ces prêts auraient le double-impact de réduire le coût du refinancement de la dette grecque pouvant permettre un rétablissement financier de ce pays.

De plus, en offrant un prêt sans couverture CDS avec des taux ne tenant pas compte des risques et du marché, ce même marché serait incité à baisser ses prix pour s’aligner sur ceux pratiqués par cette banque solidaire.

 

Le but atteint, cette banque serait amenée à disparaître dès lors que tous les prêts auraient été remboursés.

 

La difficulté tient dans la création du dispositif et dans sa gestion.

Pour sa création, il fut que ce soit effectif très rapidement (1 ou 2 mois) vu l’urgence de la situation. Si une base existante avec des réseaux et des personnels formés pouvait être utilisée, ce serait l’idéal. D’ailleurs, il faudra prévoir les questions juridiques du statut permettant la création de cette banque. Dans tous les cas, il faudra s’appuyer sur l’aide de spécialistes de la finance et de l’économie solidaire pour monter le dispositif.

Pour la gestion, il y aura forcément des personnels à rémunérer, même si le bénévolat pourra être largement utilisé notamment pour la collecte et/ou la diffusion de l’information, comme le font les restau du cœur. Il y aura aussi nécessairement du matériel pour garantir la collecte et le transport des fonds même si les fonds virtuels (paiements par carte = livres de comptes et donc pas de transport de fonds…) devront être privilégiés. Une puissante logistique informatique et comptable devront être mis en place.

Toujours pour la gestion, la banque devant disparaître, le sort des personnels devra être particulièrement bien étudié.

 

Voilà comment je propose d’aider la Grèce. Nous nous trouvons désespérément incapables d’intervenir en regardant les infos. Cette banque proposera une solution pratique et concrète pour y remédier.

 

Merci de transmettre autour de vous l’idée et demandez à tous les experts, présidents d’associations, etc… qui pourraient être intéressés de me contacter afin que l’on puisse passer de l’idée à sa réalisation !

Partager cet article

Repost 0
Published by Thomas PETIT - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Alain Blant 01/05/2010 19:24


Thomas, une fois de plus, je partage totalement ton indignation concernant les tergiversations scandaleuses des dirigeants européens, qui permettent les spéculations sur le dos de nos amis grecs,
de mes amis grecs avec qui je partage mes étés depuis bien longtemps. Ils sont révoltés et écoeurés de cette Europe du fric qui ose cyniquement leur proposer de vendre quelques îles pour payer leur
endettement. Endettement artificiellement créé par le passage à l'euro que leur économie ne pouvait supporter tel quel! Mais faire tomber la Drachme, la plus ancienne du monde, dans l'escarcelle
Euro était bien trop prestigieux, donc vogue la galère. J'ai vécu ce passage en Grèce et vu les prix s'envoler en quelques années... et les Grecs s'endetter pour payer l'euro fort voulu par le tout
puissant Mark allemand. Entendre Merkel aujourd'hui refuser la solidarité à la prétendue cigale grecque est proprement scandaleux. Nous avons tous assez payé le prix de ce Mark.
Cela dit, je pense que les banquiers ont vite rappelé à l'ordre la valetaille politique actuelle, Merkel y compris, et sifflé la fin de la récré car leurs investissements dans le système bancaire
grec en prendrait un sale coup. Des prêts à 5%, c'est pas cher et ça peut quand même rapporter gros !
Ok pour ce fonds, mais il faut vraiment trouver des gens capables de le mettre en place. Et vite... Je diffuse ton article et contacte à mon tour quelques potes qui ont comme toi et moi, envie
depuis longtemps de jouer les banquiers, mais autrement.


Thomas PETIT 28/04/2010 12:15


J'ai oublié dans le message de préciser que ça serait aussi l'occasion pour les épargnants grecs de rapatrier leurs placements pour sauver leur peau avant d'essayer de s'enrichir à l'extérieur.