Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Thomas PETIT
  • : Recherche et partage d'alternatives à une société en panne d'imagination sociale. La théorie doit mener à une pratique positive.
  • Contact

Profil

  • Thomas PETIT
  • Economiste de formation et de prédilection, j'ai touché à pas mal de petits boulots dans le privé et la fonction publique.
Actuellement permanent syndical des ministères finances et économie pour améliorer les conditions de travail de mes col
  • Economiste de formation et de prédilection, j'ai touché à pas mal de petits boulots dans le privé et la fonction publique. Actuellement permanent syndical des ministères finances et économie pour améliorer les conditions de travail de mes col

Rechercher

2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 15:50

 

Et si le problème des retraites n’était qu’un problème de ponts, qu’est-ce que ça donnerait avec Sarkozy ingénieur des ponts ?

 


On a un fleuve infranchissable. Il y a 4 ponts sur ce fleuve permettant à la population de traverser.

Tous ces ponts sont différents, notamment un gros pont dont les seuls usagers sont les fonctionnaires. Pourquoi un gros pont ? Parce que la pérennité des services publics devant être garantie, il faut être sur que les fonctionnaires puissent traverser rapidement le fleuve.

 


Voilà que des gens appelés économistes indiquent que dans quelques années, la population sera tellement importante que les 4 ponts ne permettront plus à toute la population de traverser.

 


La logique voudrait que, étant donné l’augmentation de 25% de la population devant traverser, un pont supplémentaire soit construit et que l’on mette 25% de financement en plus pour cela. Il faudra bien sur que tout le monde se cotise un peu mais la richesse générale devrait permettre de le faire.

 


Mais là intervient un l’ingénieur Sarkozy. Celui-ci nous explique que le financement de ce pont n’est pas possible sans vraiment nous expliquer pourquoi ce qui a été toujours possible avant ne l’est plus maintenant.

 


Evidemment, en excluant d’office cette possibilité, il est évident qu’il va y avoir des bouchons sur les 3 ponts du privé. De plus, la fréquence étant plus forte, ces 3 ponts se dégradent.

 


Le petit futé nous explique alors que pour sauver les ponts, au lieu d’en construire un de plus, il faut interdire la traversée à certains. Il rajoute que l’augmentation de cette population est une chance, un bonheur pour le pays, mais que ce bonheur doit être partagé entre un temps de traversée et un temps où l’on reste du même côté. Il faut être responsable que diable !

 


Par ailleurs, il explique que les caisses sont vides et que les ponts dégradés ne peuvent être tous réparés. OK les caisses n’étaient pas vides quand il fallait baisser les impôts et sauver les banques mais c’était plus important que de permettre à tout le monde de pouvoir traverser.

Mais très ingénieux, il explique qu’il suffirait d’arrêter l’entretien du pont de ces privilégiés de fonctionnaires pour entretenir les 3 autres ponts.

 


Le résultat ne s’en fait pas attendre et l’on se retrouve avec une population plus importante sur 3 ponts seulement pour traverser.

Bien sur la traversée devient de plus en plus délicate et les ponts se dégradent encore.


 

Vient alors l’idée merveilleuse de notre ingénieur en chef : arrêtons d’entretenir un pont pour aider au financement par des privés d’un pont à péage qui sera tout beau. Bien sur, il ne sera pas géré par l’Etat puisqu’il permettra de faire des bénéfices.

 


Résultat, 1/5 de la population a les moyens de payer le passage sur le nouveau pont tandis que les 4/5 restant doivent traverser sur 2 ponts dégradés.

 


Ce pourrait s’arrêter là et c’est d’ailleurs sur cette image que nous quitte l’ingénieur. C’est bien dommage parce que quand la société qui gère le nouveau pont fait faillite, l’ingénieur n’est plus là pour en porter la responsabilité. Le 1/5 qui espérait pouvoir s’en tirer en payant quitte à laisser les autres sur leurs 2 pauvres ponts se retrouvent à mendier leur place auprès des 4 autres 5èmes.

 


Conclusion : pour pouvoir permettre à tout le monde de traverser, finalement l’ingénieur a empêché ou différé la traversée de 2/5, il a détruit 2 ponts, dégradé les 2 autres et le pont qu’il a incité à construire est instable car la société privée peut faire faillite. Evidemment, les conséquences n'arrivent que quand l'ingénieur est parti...

 


Finalement, il aurait peut être été moins fantaisiste de chercher un financement grâce à la solidarité de toute la population plutôt que de diviser et de refuser que les richesses aillent vers la construction au bénéfice de tous.

Partager cet article

Repost 0
Published by Thomas PETIT - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Gilles Raveaud 04/06/2010 10:34


Magnifique, Thomas, super bien vu !

Amitiés,

Gilles