Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Thomas PETIT
  • : Recherche et partage d'alternatives à une société en panne d'imagination sociale. La théorie doit mener à une pratique positive.
  • Contact

Profil

  • Thomas PETIT
  • Economiste de formation et de prédilection, j'ai touché à pas mal de petits boulots dans le privé et la fonction publique.
Actuellement permanent syndical des ministères finances et économie pour améliorer les conditions de travail de mes col
  • Economiste de formation et de prédilection, j'ai touché à pas mal de petits boulots dans le privé et la fonction publique. Actuellement permanent syndical des ministères finances et économie pour améliorer les conditions de travail de mes col

Rechercher

23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 14:29

Alain MINC, voulant défendre son nouvel ami, Eric BESSON, avait préparé un texte pour répondre à Stéphane GUILLON lors de son passage sur France Inter.

Mais pas de chance, Stéphane GUILLON avait mieux à faire et comme il l'a dit dans sa chronique suivante, il ne chronique que sur les personnages politiques importants : les monarques, ministres, mais pas les valets.


Poussé par ses amis, Alain MINC a finalement édité sur son blog le texte qu'il n'avait pas lu, du coup, sur France Inter :


"Qui imaginerait que l'homme le plus puissant de France se cache derrière des yeux globuleux vidés par la bêtise ou, qui sait, par la cocaïne ? Qui penserait que le VRP multicarte, le paladin vengeur de France Inter se mue en routier bourgeois sur Canal + ? Qui devinerait que le pourfendeur de silhouettes - "petit pot à tabac" et "yeux de fouine" - pourrait être, hommage du vice à la vertu, si répulsif ? Qui croirait que la nouvelle affaire Dreyfus concernerait un humoriste sans culture, un penseur sans tête, un histrion sans talent ? Voilà. Afin que Stéphane Guillon découvre à son tour les charmes de la chasse au faciès."


Stéphane GUILLON a eu son droit de réponse dans l'Express et il ne manque ni d'esprit, ni d'humour comme on pouvait s'y attendre :


"J'ai été très impressionné par les débuts d'humoriste d'Alain Minc. Je savais que le garçon jouissait d'une puissance comique indéniable: quarante ans après son passage à Sciences po, son nom fait encore rire les élèves. Cela dit, son billet comporte quelques maladresses. Voici donc deux, trois conseils... En toute amitié, je le fais avec le regard du "vieil amuseur", touché et attendri par les balbutiements d'une jeune pousse.


Début du portrait : très bien. Me qualifier d'homme le plus puissant de France, c'est flatteur, très légèrement outrancier, mais l'outrance est une ficelle de l'humour, on grossit le trait pour déclencher le rire. Très bien ! Deuxième ligne : attention, première erreur ! M. Minc parle de mes yeux "vidés par la bêtise ou, qui sait, par la cocaïne". Insinuer que je puisse prendre de la cocaïne est diffamatoire. Si M. Minc souhaite s'inscrire durablement dans une carrière d'humoriste, il ne faut surtout pas qu'il commette ce genre de bévues. Avec plusieurs milliers de textes à mon actif, je n'ai jamais été attaqué pour diffamation, insulte ou atteinte à la vie privée.

Le reste du portrait d'Alain Minc est pas mal. Attaques un peu classiques déjà utilisées par d'autres, il faut trouver son propre style, c'est là où Alain fera la différence. La grosse déception du papier étant la conclusion : "Guillon découvre à son tour les charmes de la chasse au faciès." Là aussi, erreur de débutant : à aucun moment Alain Minc ne m'attaque sur mon physique, il nous fait saliver pour rien.

Comme aurait dit Edmond Rostand (grand spécialiste de l'attaque au faciès, tirade du nez) : "Ah ! non ! c'est un peu court, jeune homme ! On pouvait dire... Oh ! Dieu !... bien des choses en somme..." Stéphane Guillon est légèrement voûté, sans doute le poids de sa méchanceté. Ses yeux tristes tombent, tel un Droopy mal embouché (pas des yeux de fouine, non, des yeux en couilles de loup). Des genoux cagneux, des poils dans les oreilles, c'est très antisexe - il tient ça de son père. Et des omoplates de lapin : sa grand-mère s'en moquait. Mais le pire, c'est sa tête : grosse, très grosse par rapport à son corps... Sans doute le résultat de la haute estime dans laquelle il se tient ! "Voilà ce qu'à peu près, mon cher, vous m'auriez dit si vous aviez un peu de lettres et d'esprit. Mais d'esprit, ô le plus lamentable des êtres, vous n'en eûtes jamais un atome, et de lettres vous n'avez que les trois qui forment le mot : sot !"

Partager cet article

Repost 0
Published by Thomas PETIT - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Thomas PETIT 28/04/2010 00:43


Merci pour ce commentaire tout plein d'esprit lui aussi !


Alain 27/04/2010 16:06


Minc de pot pour lui, Guillon a en plus des lettres... et il sait s'en servir, alors que Minc en manque.